Partagez | 
 

 • HERZCHMERZ ❝ do i'll kill you? oh yeah. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Z. Pete Herzschmerz
Who done this vampire mow down daub ? Ah...that would be me.

» Messages : 25
» Date d'inscription : 24/04/2011


MessageSujet: • HERZCHMERZ ❝ do i'll kill you? oh yeah. ❞   Mer 27 Avr - 23:24



P. ZWEI HERZSCHMERZ
notez une petite citation s'apparentant a votre personnage
.
.

ton âge ♞ trasformé a 24 ans, il y a 174 ans. donc 209 ansta date de naissance ♞ quelque part en 1802 ton lieu de naissance ♞ Waterburry en 1837. nationalité ♞ Originaire de grande-Bretagne à l'époque devenue USA. situation ♞ vous voulez rire de moi?. quel est ton groupe ♞ caveat vampyrus . quel est ta race ♞ blood sucker. ta célébrité ♞ ian somerhalder.

Certes je fus gentilhomme autrefois certes, mais ce temps n’est plus depuis bien longtemps. A mon époque, j’étais reconnue pour être attentionné, serviable. Cependant ce Pete a trépassé il y a bientôt deux siècles entier de cela. Après quelques glorieuse années passés à s’abreuvé du nectar humain, a de quoi changer un homme ne penser vous pas? Il y aurait aussi quelques autres détails personnelle que j’outre passé, il y a toujours une histoire d’amour ennuyeuse sous chaque histoire mais je me refuse de m’ennuyer avec cela. S’il y a bien une chose que vous saurez assez vite à mon sujet sera bien que je ne suis plus gentilhomme, ni plus moins un homme affable. La seule chose qui m’importe réellement, c’est ma propre personne et ne vous surprenez pas d’être trahi en ce nom. Simplement ma vie m’importe, et de la préserver éternellement. Je n’eus point dans le passé hésiter une seule seconde à trahir mon ‘‘clan’’. oui je le mets entre guillemets dirait-on pour une question de légitimité, que ça ait été de fins compagnons et que nous partagions une race immortel qui fera de ces steak mort grillé mon clan. Enfin ou en étais-je, la trahison, voilà. À cette époque la chasse au vampire avait été déclaré et je n’eux aucun scrupule à vendre tous ceux habitant le village pour sauver ma peau. Bruler dans les flammes ce n’est pas réellement pour moi, j’ai la peau sensible, alors. Je vous avertirais une fois, ne croyez point une seule secondes que vous puissiez me faire confiance. Ne croyez pas que je puisse être bon. Je tue et d’ailleurs j’adore ça. Pourquoi? Parce que c’est dans ma nature d’être ainsi. C’est ce que je suis. C’est une sorte de jeu sordides du chat et la sourit dont je ne me lasserais pas. J’ai tendance à avoir un très mauvais caractère, tenez-vous le pour dit. Très colérique, je n’apprécie pas quand les choses ne vont pas exactement comme je le voudrais. Un rien arrive à me faire sortir de mes gond et une fois atteint c’est simple je ne me retins pas, je n’y arriverais pas même si je le désirerais. Chose qui soient réaliste n’arrivera jamais. Je n’exprime aucune gratitude, et cela en aucun cas. Aucune compassion ou pitié, je n’éprouve que très peu en réalité. Ce fut un choix que j’eus fait il y a plusieurs années. Ça me réussit très bien d’ailleurs. Surprise. Très jeune mon géniteur m’appris l’art du stratège et depuis je transforme systématiquement ma vie en échecquier ou je bouge mes pions au moment voulu créant une réaction en chaine. Ce que je désir, seul moi le sait et d’ailleurs vous n’en saurez rien avant l’heure où j’en déciderais. J’ai obtenus la redevance de biens d’être… surnaturels, désoler ce mot m’horripile. Ce qui ne fut pas fait pour rien car désormais bien d’entre eux me seront redevable aux moments venues. Comme je l’eus mentionné, je ne fais rien au hasard et chaque chose à sa raison d’être. Autre chose, vous remarquerez rapidement si ce n’est point déjà fait que je suis quelqu’un de très sarcastique. L’ironie est un vestige d’une bonne discussion en ma compagnie. Ça me permet de me divertir, en général aux dépends de la personne concernée. Je ne suis par fréquentable, et d’ailleurs ça me plait, comme je ne veux en aucun cas votre compagnie. J’imagine que vous vous demandez si après avoir énuméré quelques-uns de mes principaux défaut car évidement il y en a d’autre. Jaloux, compulsif, possessif, autoritaire, susceptible, impulsif, têtu, rancunier, infidèle, volage, tricheur, menteur, profiteur, calculateur, manipulateur, exigeant, indiscret, sournois, fier, arrogant, provocateur, cupide, égoïste, égoïste, égoïste. Égocentrique, orgueilleux, narcissique, assoiffé de pouvoir, de reconnaissance et d'argent. Violent, sadique, détestable, joueur… hum ça suffit avec tout ça je vais prendre un ego surdimensionné. Donc si vous vous demandez si par hasard je cacherais quelques qualités sur cette carapace, et bien je suis bien heureux de vous apprendre que, non. Il n’y a rien de bon en moi depuis bien longtemps. Sous cette carapace ne se cache rien de plus que ce que vous voyez, un homme pourris jusqu’à la moelle. Je suis Zwei Pete Herzschmerz, un sombre connard que vous désiré malgré tout. Et pourquoi ça, parce que les femmes sont attiré par les badboys, et j’en suis un. Si vous voulez mon avis, les femmes sont idiotes.


.
Que penses-tu des légendes portant sur des créatures dites surnaturel, crois-tu en ce genre d’histoire ou crois-tu plutôt qu’il s’agit de compte pour effrayer les enfants. Question pour ceux appartenant au genre humain. Merci de remplir un minimum de quatre lignes complètes, merci. Ou à quel race de notre folklore appartiens tu? Raconte-nous comment tu en es arrivé là, comment le vit tu maintenant. Question pour ceux appartenant monde folklorique, donc pour les autres. Merci de remplir un minimum de huit lignes complètes, merci. N’avez-vous point remarqué mon chère que dans cette villes il se passe quelque chose semble anormal? Avez-vous été témoins d’un évènement s’y rapprochant. Question pour ceux appartenant au genre humain. Merci de remplir un minimum de quatre lignes complètes, merci. Ou Est-ce que vous êtes de ceux qui se cachent tapis dans l’ombre en espérant avoir une vie un peu normal, essayer de se fondre dans le décor? Ou plutôt de ceux qui n’ont que faire d’eux même. Question pour ceux appartenant monde folklorique, donc pour les autres. Merci de remplir un minimum de quatre lignes complètes, merci.
" Mon passé n’as rien de vestige, et si un jour quelqu’un use trouver mon recueil je m’en verrais bien fortement importuné, mais si tel est le ca laissé-moi vous avisez avant toute chose. Je m’exprimerais d’emblée en toute franchise. Vous ne me chérirez point. La gente féminine me conspuera, les gentils hommes m’envieront, vous ne me chérirez point du tout et ce ressentiment ne fera que s’accroître au fil de votre lecture. Gente dame, un avertissement : je suis prêt à forniquer. Continuellement. Ce n’est ni une boutade ni une opinion c’est une prouesse que la science a pu vérifier et j’en fais profiter plus d’une tous les jours. Très chers messieurs, je ne puis vous dire qu’une chose, fuyez. Car lorsque mon attention sera porter ailleurs ces ma faim qui achèvera, car nul couard ne réussit m’échapper tant que je ne l’eu pas désiré. J’en ai finis. Ceci est mon prologue. Il n’y a ni rime, ni manifestation de modestie, vous n’en attendiez point de moi j’ose espérer. Je suis Zwei Pete Herzschmerz sans doute le plus vieux immortel connue à ce jour et je refuse par-dessus tout de vous plaire."



28 septembre 1861
Les troupes que nous voyons. ne ressemblent en rien à celles que nous eûmes connus... L'uniforme est généralement bleu foncé, la veste de matelot souvent ouverte, avec la casquette ou le chapeau de feutre des réguliers dont un bord est relevé. Çà et là on voit une calotte rouge ou des souliers en toile blanche que les Américains affectionnent beaucoup. Il y a de longs cheveux, tombant quelquefois sur les épaules, et toutes les variétés possibles de barbe. Les hommes ne savent pas tenir leur fusil. Souvent ils obéissent l'un après l'autre au commandement. Mais avec cet air désordonné, ils ont l'air décidé, intelligent et l'on voit que le voisinage de l'ennemi les stimule. Avant la sécession, l'armée régulière ne comptait que 18 000 hommes. Aujourd'hui, on l'a doublée, ce qui l'a naturellement affaiblie, mais elle a gardé son ancien caractère et son esprit. Jamais avant ce jour elle n'avait été réunie. Infanterie, cavalerie, artillerie, tout était employé dans le Far West où de petits détachements commandés par des lieutenants et des capitaines occupaient les centaines de forts qui assurent la domination des Etats-Unis depuis la rive droite du Mississippi jusqu'à la côte du Pacifique. Il n'y a pas un officier de l'armée régulière qui n'ait passé plusieurs années dans les postes du Texas ou de l'Oregon, qui ne se soit trouvé seul avec cinquante ou soixante hommes, chargé de défendre un poste au milieu des tribus indiennes. Quelque différentes des nôtres que soient les institutions des Américains, ils avaient bien compris qu'il n'y a que l'armée qui puisse préparer la colonisation d'un territoire immense occupé par des peuplades rebelles à toute civilisation. Aussi la Prairie a-t-elle été pour leurs officiers ce que l'Algérie a été pour les nôtres, une école où, livrés à eux-mêmes depuis les grades les plus inférieurs, ils sont obligés d'être à la fois officiers d'infanterie, de cavalerie, d'artillerie, de génie, généraux en chef et diplomates, et où ils apprennent de bonne heure à porter ce lourd fardeau de l'initiative et de la responsabilité qui a si souvent écrasé les épaules les plus courageuses.

Dimanche 6 octobre 1861

Pour que l'Union se rétablisse, il faut que le Nord soit vainqueur d'abord, et qu'ensuite il montre une grande modération après sa victoire. Le Sud a violé la Constitution en se séparant ; il n'a pas voulu voir qu'aidé par les Démocrates du Nord, il était assez fort pour tenir en respect ses adversaires et, poussé par quelques ambitieux, il a exécuté un plan conçu de longue main. Mais, si les grands torts sont de son côté, il faut reconnaître que les partis extrêmes dans le Nord lui ont donné bien des prétextes et suscité bien des provocations. Les abolitionnistes qui se taisent aujourd'hui crieront fort haut le lendemain d'une victoire, et si on les écoute, toute conciliation deviendra impossible. Le Parti démocrate du Nord, c'est-à-dire celui qui a toujours voulu faire des compromis avec le Sud, a ici un rôle majeur. Dès que l'Union a été menacée, il s'est jeté dans la guerre avec ardeur ; c'est lui qui a défendu le plus énergiquement l'autorité de M. Lincoln et qui a fourni plus des trois quarts des officiers de l'armée ; il fait remarquer avec plaisir que les abolitionnistes et les Républicains, si violents contre le Sud dans leurs discours, ne semblent pas disposés à les mettre en pratique lorsqu'il s'agit de s'exposer eux-mêmes. Mais plus les Démocrates soutiennent aujourd'hui la cause de l'Union, plus ils auront d'autorité pour imposer aux partis avancés du Nord les concessions qu'il faudra faire au Sud. C'est pour avoir le droit de parler haut le lendemain de la victoire qu'ils sont si ardents aujourd'hui. La plaine était baignée des traces des soldats déchus, ils nous priment par surprise. La cavalerie immobilisé par ces hommes, leurs peau blanchâtre semblait avoir été tailler dans du rock, mon mousquet brandissant je l’appuyait sur une jambe arpenter en angles parfait, pivotant légèrement alors que j’appuyais sur la gâchette… je l’avais atteint pour une secondes fois sans voir cet homme invincible faillir… tout était perdu, ils étaient trop nombreux… puis tout ne fut que ténèbres… je m’affaissait au sol après avoir ressentis un coup massif derrière le crane.. Mon corps légèrement ensevelis sous quelque cadavres ensanglanté passait inaperçu jusqu’à ce que quelque heures plus tard un gout indescriptible trahi mes lèvres… la vision troubler je n’avais vue qu’une silhouette au-dessus de moi.. « Qu’est-ce que vous faites» le visage de la dame a la chevelure ébène me parue enfin, si belle que mon souffle en fit coupé… sa peau frêles effleurant ma gorge me sembla si doux avant qu’elle ne me brise la nuque d’une simplicité inhumaine…. Je suis mort ainsi, et pourtant cette fin ne fut que le début de mon histoire. J’entamais une nouvelle vie d’immortel.


mercredi le 9 octobre 1861

Ses petits yeux marron brillaient d’excitation illuminant son visage en forme de cœur. Son teint de porcelaine était presque si livide que le coton des draps dans lesquels je reposais. A mon grand étonnement je la sentis près de moi sans l’avoir aperçu. D’un mouvement brusque je me redressais, cherchant des yeux la sombre chevelure que je crus avoir aperçu un moment… je me croyais devenue dément, sentant une présence qui mouvait autour de moi, toujours absente lorsque mon regard se posait sur le vide ou j’aurais juré l’y trouver… mais se parfum, même la mort de m’en volais pas les essences. Je me rappelais les moments passés avec elle, dans la cours de notre manoir, elle avait pris l’habitude d’y venir, pour me tourmenter d’abord, car certes mon cœur lui était enflammer, pas une seul seconde depuis notre rencontre il n’en fut autrement. Cependant au fur ou mes souvenirs s’éclaircissait, d’autre semblait resurgir… je ne comprenais pas, s’agissait-il de rêves, car malgré leur nouvelles présences dans ma mémoire jamais je n’aurais crue qu’elle puisse faire cela.. Étais-ce possible… « Jessy? » je toussotais légèrement, attrapant un des rideaux de la chambre pour tenter d’y voir quelque chose dans ces pénombres. Y tirant pour y faire entrer la lumière qui aussitôt au contact de ma peau se mis a brûler fortement… la douleur était indescriptible.. je laissais échapper un hurlement en me reculant vivement sentant un vif coup de vent qui en une secondes se transformais en la jeune femme fragile qui m’avais hanter de toute les façon possible… « Reste tranquille mon cher Pete, tutût! Tu es un vampire maintenant tu dois faire attention au soleil tant que tu n’auras point une parure comme celle-ci! » son ton enfantin me dévastait… les souvenir qu’elle avait effacer de ma mémoire me revenait… comment elle s’était nourris a ma gorge tout ce temps, comment elle m’avait hypnotiser pour que je tombe amoureux d’elle… d’un coup tout me semblait irréel… le souvenir de son aveux, m’avouant son amour et son éternité, j’avais tenté de la tuer… à partir de la tout n’étais que mensonges. « Quel est cette odeur c’est… » je n’avais jamais ressentis ça, un appétits inconnue dès lors a ma personne… je sentais ce parfum si apetissant que je ne pouvais identifié. « Pauvre petit il est assoiffé! » « que veux-tu dire par la Jessy? » « Je t’offre ton premier festin, n’est-ce pas aimable de ma part? » jessy a toujours été une fine joueuse et tout semblais surfait a ces yeux a l’époque. Sans que je n’en prenne conscience lorsque la femme de haillons vêtus entrouvris la porte ce sentiments plus fort que moi pris le dessus, et je ne put m’empêcher de lui sauter à la gorge… entrant dans une sorte de transe jusqu’à ce que son corps dut vidé […] « pourquoi ? » l’incompréhension, ou la terreur, je n’étais qu’un nouveau née sans expérience, j’avais encore des sentiments à cette époque.. je ne fus point toujours la planète malfaisante que je suis aujourd’hui. « parce que je t’aime Pete, je ne pouvais te laissé mourir comme ça » « je me rappel maintenant… comment tu m’as utilisé, comment tu m’as forcé a t’aimé, rien de tout ça n’était réel. » « que tu le crois ou non, s’était réel je te le promet. »
Puis elle m’embrassait, je crois que se fut la dernière fois d’ailleurs car le lendemain on fracassait la porte d’entrée. La chasse au éternel était en route… pour ma part je réussis a m’en tiré mais Jessy, elle, fut griller dans les flammes sous une vielle grange qui n’est plus que ruines aujourd’hui.



une errance fructueuse

Pendant un siècle je fis vent du monde entier, passant de ville en ville à la recherche d’atout pouvant m’être utile. J’ai toujours été très calculateur et ne fait rien sans y avoir bien réfléchis avant. Je me formais des pions, par les coins du monde, que pourrais utiliser lorsque j’en aurais de besoin. Je ne vous en ferais point la liste je préfère vous surprendre lorsque le temps en sera venue, mais pour chaque vie que je sauvais, aucun vie inutile évidement, s’était pour un but bien précis et mes âmes sauvé le savent bien. Les Wilson, une famille de sorcier attirais mon attention il y a de cela quatorze année… assis sur de la rocaille j’observais d’une proximité qui me camouflait les jeunes âmes qui seraient en vieillissant, de parfaites armes. Au départ j’eus tenter de faire un marcher avec le plus vieux de la progéniture Wilson… il fit l’affaire un moment mais il n’avait pas la force que je recherchais, il mourut rapidement alors que je lui avait donné une tache que je jugeais si simple a réalisé… heureusement pour moi il y en avait trois autre que je pus récupéré… […] pendant plusieurs années, je passais, j’observais en prenant multiples information à leurs propos, avant de finalement reposé toute mon intérêt sur la plus jeune, je me doutais qu’elle serait la plus docile. Puis une fois assez âgé elle me servirait. « Certes une connexion se fera, mais étant utile elle peut aussi devenir l’objet de tes crainte? » « Intéressant, pourquoi donc? Ne devrait-elle pas être un bon petit soldat? » « Elle sera liée à toi certes, mais si l’on lui fait du mal celui-ci t’atteindra aussi et vice-versa. » de faire d’elle une part de ma personne me perturbais un moment. J’avais l’habitude d’user mes jouet jusqu’à la mort et les jeter ensuite, mais de la a risque de me tuer de la sorte ça changeait la donne… pourtant une solution simple s’immisçais dans ma tête, le plan b en quelque sorte… si quelque chose arrivait… « je la tuerais et hop » la connexion sera couper, elle se transformera et ensuite je ferais la meilleures des chose en lui retirant la tête.

Tout était calculé, chaque étape de mon plan allait à merveille, mais la partie ne faisait que commencer. « Tu vas tuer Zayne et Ysoldaey Wilson, et tu ne quitteras pas avant de que cela soit fait. » cet homme s’était simplement trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Je ne fais que rarement le travail seul; je préfère de loin tirer les ficelles et puis si elle voyait mon visage les choses risqueraient de dérapé. Avec indifférence, je fis assassiné les parents de la jeune sorcière et comme je l’eus prévue, la gentille et douce petite fille devint une hargneuse jeune femme au pouvoir impressionnants. J’attendis patiemment la frabieux jour. « Je veux être plus forte. C'est la condition à mes services.» je la laissais marchander à sa guise de toute manière tout faisait partie de mes plan. Un sourire narquois fit rapidement accompagner d’un rictus a en glacer la sang. Accouder dans l’ombre d’un mur de pavé ruisselante, je me délectais de mes accomplissements, de ma patience avait resurgit un intérêt, mon intérêt. Le seul qui me tenait à cœur. « Je t’offrirais ce que tu désir, un force que tu n’aurais jamais crue possédé de ton vivant, cependant en contrepartie je veux te posséder. En terme claire, tu seras a moi, tu n’obéiras qu’à moi, ce que je voudrais tu le feras et ça peu importe de quoi il s’agit. » « Il n'y a pas de lien plus fort que celui du sang, n'est-ce pas ? Vous voulez ma fidélité ? » Tout fonctionnais, lorsque elle me tendit sa paume ensanglanté l’odeur grimpait et mon estomac se troublais, cette odeur. Pourtant je n’y plongeais point mes crocs, que le lien en soit plus fort m’inquiétait plus. J’avais l’intention de rechercher un moyen de faire de cette connexion une connexion partiel, mais l’odeur m’aguichait et je ne pus m’en retenir d’en sucer les essences… un peu trop même mais je m’arrêtais a temps… les empreinte de son sang sur la main j’allais en salir sa joue de porcelaine alors que mon regard encré dans le siens se perdit. « mon sang est l’équivalent d’un drogue pour toi, le gout t’en est exquis. » je n’avais pas envie d’entendre ces jérémiades, d’ailleurs ce fut la deuxième fois que je l’hypnotisait de la sorte la première fois plus jeunes, elle m’eus surpris en discussion avec son frère ainé et je lui avait fait oublier. c’est une fois la liaisons faites que toute la partie, sanglante et divertissante commençais réellement.


ton nom/pseudo ♞ miss october. ton âge ♞ 20 ans. où est-ce que tu vie? ♞ au Québec on m'as infusé le sirop d'érable à la naissance nationalité ♞ bien Québécoiise esti! xD fréquence de connexion ♞ i alway be there in your heart. ou a tu connue le forum? ♞ qu'est-ce que tu en pense?. comment tu le trouve? ♞ aucune objectivité. mot de la fin. ♞ Scrappp pooo!.

hey oui maintenant tu as totalement terminé la fiche présentation. il n'y a plus que quelques minuscules étape a faire avant ta validation. premièrement tu dois aller faire enregistré ton avatar [url=url]ici[/url]. ensuite quand tu as terminé, il faut nous le dire, on ne va pas le deviné tout seule, alors l'indiquer dans votre titre serais plus facilitant pour nous. ensuite bien, bon jeu a vous amusez vous bien.
.

_________________




    « I will rip your heart out and shove it own your throat. Something I'm very good at. »

    remeber, yesterday you ask me, why do I kill people? Because... I like it! It's in my nature too. It's who I am. But then I have to stay together to protect her and she wants me to be the better man which means I can't be who I am. Do you see the problem I'm having? Ah...that would be me.




Dernière édition par Z. Pete Herzschmerz le Ven 29 Avr - 19:53, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z. Pete Herzschmerz
Who done this vampire mow down daub ? Ah...that would be me.

» Messages : 25
» Date d'inscription : 24/04/2011


MessageSujet: Re: • HERZCHMERZ ❝ do i'll kill you? oh yeah. ❞   Ven 29 Avr - 1:03


    pour la cause.
    je crois pas que tout va rentré.

_________________




    « I will rip your heart out and shove it own your throat. Something I'm very good at. »

    remeber, yesterday you ask me, why do I kill people? Because... I like it! It's in my nature too. It's who I am. But then I have to stay together to protect her and she wants me to be the better man which means I can't be who I am. Do you see the problem I'm having? Ah...that would be me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

• HERZCHMERZ ❝ do i'll kill you? oh yeah. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Shop] Cute Can Kill (It)
» [Shop] Kiss me Kill me (fr)
» Régles Campagne Kill Team
» Régles Kill Team
» [Shop] Ciali in kawaiiland (It)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ✖ ADMINISTRATION :: Papiers d'identité-